Développement économique en Béarn

Publié le par Patrick de Stampa

Pau et le grand Pau doivent impérativement être les acteurs d'un périmètre pertinent dans le cadre d'un développement économique volontariste et stratégique. Pau doit être l'acteur principal avec le Béarn du développement du Bassin de l'Adour, troisième pôle du Grand Sud-Ouest. Nous devons jouer groupés et avoir une politique de développement économique transversale sur l'Adour, pour nous présenter comme un pôle aussi attractif et compétitif que Bordeaux et Toulouse.

Notre politique de développement doit s'appuyer sur quelques points essentiels :

- Les infrastructures :
Rattraper le retard sur les infrastructures et développer celles-ci à rythme accéleré. Le retard c'est l'autoroute, les liaisons transfontalières avec l'Espagne et les lignes TGV.
N'oublions pas qu'en 1971 Jacques CHABAN-DELMAS avait annoncé la réalisation de l'autoroute PAU-BORDEAUX. 35 ans après, nous pouvons être sceptique sur les acteurs politiques décideurs. L'autoroute n'est toujours pas réalisée. Elle est annoncée pour 2012. Les liaisons transfrontalières sont quasi inexistantes et la réflexion sur le TGV semble de très mauvaise augure.

Le haut débit et les liaisons aériennes semblent se développer aujourd'hui dans de bonnes conditions malgré le fait que la Chambre de Commerce soit seule à assumer les liaisons low cost (Londres et Amsterdam).

- Mise en place d'une politique de développement économique :
Cette politique doit consolider l'existant et s'appuyer alors sur les secteurs porteurs dit de conquête. Dans le cadre de la consolidation de l'existant, la transmission d'entreprises est un challenge qui est devant nous car dans les 5 ans à venir un grand nombre de nos entreprises changeront de mains. On a pu mesurer à quel point la transmission, même réalisée avec un partenaire financier solide peut donner des résultats catastrophiques. C'est pourquoi il y a lieu de créer un climat favorable pour ces transmissions et développements d'entreprises.
Nos atouts sont importants avec l'implication du site de Lacq dans une recomposition pertinente et  surtout  de la mise en place du pôle de compétitivité aéronautique de TURBOMECA.

Reste que le climat favorable est indispensable pour susciter des vocations de chef d'entreprise.
N'oublions pas les propos de Tony Blair qui a rappelé qu'"un pays qui n'aime pas ses chefs d'entreprise autant que ces footballeurs est un pays en danger"

Publié dans emploi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article